L’Improvisation Musicale ; De Zygel à 25D

L’Art de l’improvisation... pour les nuls !
lundi 12 janvier 2015
par  _PST_, Freerf
popularité : 5%
4 votes

Quel grand mot que celui de l’improvisation, hormis le coté musical, l’improvisation se réfère directement au côté psychologique de la chose, en effet, comment qualifié une chose d’improvisée réellement ou non ? L’action ne serait-elle pas engendrée par la précédente ? Ne serait-elle pas liée à la suivante ?

Pour tenter d’y répondre, j’improvise donc ce sujet. (hahaha)

Tout d’abord, voici la vidéo d’une conférence sur le sujet, par quelqu’un bien plus expert que moi, Mr Jean François Zygel .

Pianiste, improvisateur, compositeur et professeur d’écriture et d’improvisation au Conservatoire de Paris, J.F Zygel renouvelle le concert classique en l’ouvrant à l’improvisation, au jazz, aux musiques du monde, au théâtre et à la danse.

Et du points de vu des artistes teknoïdes ?

Selon 25D (Introspection Records) - Liver

Petite présentation de 25D que vous connaissez sûrement déjà tous ; il débuta en 2001 avec ses premiers Live, après près de 15 ans d’expérimentations, il dit lui-même "commencer doucement à comprendre l’acte musicale". Présent sur de nombreuses productions telles que Neurotrope, Static travel, Mouvement perpetuel, ALzheimer, Dune et OLDSKULL X-periments entre autre...

Pour toi en quelques mots, qu’est-ce-que l’improvisation musicale ?

25D : C’est l’abandon, l’oubli de soi, l’effacement de l’ego. C’est comme n’être plus qu’un véhicule sans pilote mais qui au fond de soi connait le chemin. Le point de départ c’est le néant et le point d’arrivée c’est la contemplation. En ne sachant pas où aller, ni en espérant avec son ego se dépasser ou être dans la "performance", on laisse la musique vivre et nous traverser, c’est un phénomène de possession. L’hypnose est là, les gestes deviennent automatiques non contrôlés par l’interface de la raison, le corps devient sensible et s’exprime dans une réalité qui n’est plus tangible. C’est ce que je recherche avec l’improvisation, sortir des zones de confort et ne pas avoir peur d’être remplit d’erreur (tout dépend le point de vue : Qu’est-ce-qui est erreur ou pas). Au final c’est le moi véritable qui s’exprime. Lorsque l’on arrive à s’effacer et que l’on ne résiste plus, alors il y a comme un phénomène particulièrement dur à décrire qui se passe, mais il suffit de vouloir le contrôler ne serait-ce qu’un instant et cela disparaît.

Où commence l’improvisation et où s’arrête-t-elle ?

25D : Si l’on peut vraiment, il n’y a ni début ni fin, c’est un cycle infini, au fur et a mesure que l’on s’enfonce dans les limbes de l’existence et de la non pensée, on découvre toujours quelque chose qui peut faire réagir notre corps émotionnel. C’est un acte qui purge au plus profond, l’être qui vit et qui s’ébat dans le monde de la vie depuis ces plus jeunes années, jusqu’au moment où il trouve un médium pour s’exprimer et s’explorer pour ceux qui le désire. Le début est comme un processus pour rentrer en méditation, et la fin est comme une renaissance avec un atterrissage brutal dans le monde de la matière. Alors pourquoi finir ?

Ne nuit-elle pas à la création ?

25D Je ne répondrais pas par une réponse mais par des questions.

Qui peut se prétendre ou se targuer de créer ?
En quoi, la possibilité de rechercher et d’explorer pourrait-elle nuire à quelque chose ?

La véritable question est : Qu’est ce que la Musique et qu’est qui est caché derrière son processus pour qu’elle puisse venir à la vie ?

"La plus grande librairie et là en nous ,si l’on arrive à se poser les bonnes questions."

Selon Fraktal (Eargasm records) - DJ

Il débute en 1994, l’Art du mix sur des sons tels que : Drop Bass, Labworks, U-Turn... De l’Acid à la belle époque il en s’en produit beaucoup, ainsi il joue un peu partout en France, au côté d’artistes comme Garfield , Miloch et Moise (membres de eargasm et amis) et bien d’autres. Il tourne aujourd’hui sur des sons Techno Acid à tendance dark, mélancolique ou énergique. Jouant cette musique au grès du vent de la vallée Grenobloise auprès notamment de l’association Musact .

Le DJ semble avoir des facilitées dans ce domaine (l’improvisation), partant du principe que le DJ joue la musique d’autrui généralement, il se libère au niveau de l’ego ne laissant plus compter que la musique ; peux-tu nous parler un peu de cela ?

"Il n’y a d’émotion que dans l’impro en Techno, et donc Il n’y a d’artiste que dans l’impro."

Fraktal : Si c’est pour jouer la zik’ d’un autre sans valeur ajoutée, je reste chez moi. On achète car on aime la boucle... après si on a déjà, si on comprends pas ou ça veut en venir on achète pas. Une fois dans le bac, la boucle est validée... on s’en sert et basta.

On arrive toujours à force de travail à proposer quelque que chose de propre mais l’impro est réservée aux "vrais" artistes. Un artiste par définition propose une performance unique, je serai bien incapable de reproduire deux fois la même émotion. Voilà pourquoi j’écoute presque plus de Rock.

"Quand même les :Bonjour Paris !!! vous allez bien ??!!! sont programmés, j’ai l’impression d’avoir été enflé."


Soundcloud de 25D



Vos commentaires

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Allô !

Bienvenue sur Produc’Sounds !

Le Guide

Vous êtes un peu perdu !? Tous ce que vous cherchez est ici !

S’inscrire

L’interface privée

Partager du contenu

Modération & Référencement

Les forums


PS recrute !

Vous avez quelques dizaines de minutes à consacrer chaque semaine à l’activité du site ?

PS à besoin de vous !

Plus d’info ici


Dernière mise à jour

samedi 21 octobre 2017

Publication

1604 Contenus
1191 Membres
9 visiteurs actuellement connectés